Retour

Logo "Lire Aussi"    Affiche Le loup

Le Loup

    I. Le Loup dans l'Histoire

      a. Une bête mauvaise et malfaisante

    Les portraits de loups ressemblent à des caricatures tellement les traits dont ils sont affublés sont grossiers : nuisibles, inutiles, dangereux, cruels, etc… Entre faits et légendes, la peur a bâti un empire d'exagération où ils furent d'éternels accusés. On ne parle pas du loup de peur de voir sa peur prendre forme. Ainsi l'homme l'appelle la "Chose", la "Bête".

      b. Le mangeur d'hommes

    On peut dire que du IVème siècle avant Jésus Christ au XIXème siècle, les histoires où le loup fait de l'homme sa proie abondent. On va même jusqu'à dire que celui-ci aime la chair humaine. Au XIXème siècle, Gastor III de Foix énonce cette certitude et va jusqu'à ajouter que le loup préfère toutefois la chair des enfants qui est plus tendre.

    L'Occident chrétien ne voulait pas du loup. Ils infestent les forêts, détruisent le gibier et, de leurs gîtes inaccessibles, attaquent les troupeaux, bergers, bûcherons et voyageurs. D'ailleurs, de l'an 930 au XVIème siècle, on bâtissait des abris pour les voyageurs égarés et surpris par la nuit.

    II. Le Loup dans la Littérature

      a. Le loup dans les textes scientifiques et éducatifs

    L'Histoire Naturelle du loup qui parait en 1749 et les années suivantes, a donc été écrite dans le siècle qui connut sans doute le plus grand nombre de ravages occasionnés par les loups en France. Il semble donc difficile, même pour un savant, de garder du sang froid en cette matière et d'observer avec objectivité ce qu'il était convenu de considérer en nos contrés comme "le principal ennemi de l'homme".

    Au XIXème siècle si, aux dires des auteurs qui n'hésitent pas à juger des mœurs des animaux en les comparant à celles des hommes, les habitudes du loup seraient d'une barbarie révoltante. Non seulement il mange, parait-il, fort gloutonnement la chair de son ennemi qu'il trouve sentir bon, mais il apprécierait même plus que toute les autres celle des femmes enceintes.

      b. Le loup et la littérature de fiction

        1. Légendaire du loup

    Craint, détesté et maudit dans la réalité quotidienne, le loup ne devait pas connaître de répit dans le monde de l'imaginaire. Il est en effet devenu un personnage central de légendes, contes ou fables. Aux côtés de son compère le renard, il tient également une place prépondérante dans les nombreux contes d'animaux qui appartiennent à la littérature orale populaire de nos campagnes. Des écrivains reconnus comme La Fontaine, Perrault et Daudet l'ont à des époques différentes rendu célèbre grâce à des ouvrages largement diffusés, notamment auprès des enfants.

        2. Le loup dans les contes

    Dans le folklore rural, les contes animaliers occupent une place importante ; les hommes en effet se sont amusés à imaginer des aventures mettant aux prises animaux sauvages et domestiques. Dans cette société parallèle, on trouve comme dans la société humaine, des élus, des sages et des parias. Parmi ces derniers figure le loup auquel une majorité de contes est consacrée.

    Le loup est un sans logis qui tente vainement de violer la sécurité des abris où sont parqués les animaux domestiques qui excitent ses convoitises. Toujours perdant et dupé, le loup est le malheureux héros d'un cycle d'aventures sans fin. Non seulement il ne parvient pas à croquer les victimes qu'il a choisies, mais de plus il en est qu'il ne cherche même pas à dévorer : c'est le cas du renard qui fait pourtant preuve d'une méchanceté souvent cruelle à son égard. En contrepartie, rares sont les cas où le loup trouve la mort à l'issue d'un conte : il est sous-entendu qu'il participera à de nouvelles aventures, une fois atténuées les cuisantes blessures qu'ils ne manquent jamais de recevoir lors des multiples corrections que ses adversaires lui infligent.

    Le loup représente les aventuriers, les sans-logis, ainsi se méfier de lui c'est se méfier des rôdeurs, des hors-la-loi, des marginaux. Cette fonction sociale et éducative du loup s'est donc perpétuée en France malgré la disparition progressive de l'espèce, car avec l'école a survécu son image maudite et peu nombreux sont ceux, qui malgré les campagnes écologistes, regrettent l'extermination dont il fut la victime.

    III. Vers une Réhabilitation du Loup ?

      a. Le loup dans les textes scientifiques et législatifs

    À les côtoyer, les scientifiques s'étonnent de la prudence des loups et de sa crainte visible de l'homme. Il serait trop facile d'avancer qu'ils ont changé depuis l'époque du petit chaperon rouge ou que la chasse qu'ils subirent leur a inculqué la peur de l'homme. Plus sûrement, c'est en fait le regard que nous portons sur les loups qui commence à changer.

      b. Le loup dans la littérature contemporaine

    De nos jours, dans les bibliothèques, on peut trouver un certain nombre de volumes concernant le loup. Ces derniers de présentations et de contenus fort divers, peuvent être regroupés en trois catégories. Tout d'abord, il y a les documentaires, puis les romans d'inspiration réaliste et enfin les œuvres de fiction qui sont elles-mêmes partagées en deux groupes : les contes merveilleux et les contes animaliers. Selon les cas les loups y sont traités avec mépris ou avec égard.

    L'intérêt grandissant des enfants pour les animaux explique qu'un grand nombre d'ouvrages sur la nature, comme les documentaires, soient publiés. Mais de nos jours il ne s'agit plus de livres purement descriptifs car l'accent y est mis sur l'étude des rapports entre l'homme et le monde animal, sur la nécessité de préserver un équilibre trop souvent rompu. Ces albums ont donc pour fonction de sensibiliser la jeunesse à l'aide d'exemples concrets, comme celui de la disparition des loups de vastes régions du monde. La tâche prioritaire demeure de convaincre les enfants que les animaux sauvages ne sont pas "méchants" et que l'on ne peut, ni ne doit, juger leurs attitudes et leurs mœurs selon une morale définie par et pour l'homme, comme on l'a souvent fait en littérature. Dans le cas des loups, il faut en plus vaincre une peur transmise depuis des générations, bien ancrée dans notre société. Ces ouvrages ayant pour but de familiariser l'enfant avec cet animal, sont très peu nombreux à être spécifiquement consacrés aux loups.

Conclusion

    Les siècles passés portent à la fois les traces des méfaits commis par le loup, mais aussi celles des massacres qui lui ont été imputés. L'homme de son côté a transmis de génération en génération, des légendes, des fables où il a décrit toute sa peur, son dégoût, son mépris, mais aussi sa fascination pour cet animal. De nos jours, que reste-t-il de tout cela ?

    Certainement une peur amoindrie que nous a légué l'histoire et ses légendes ; mais aussi une fascination grandissante chez l'homme maîtrisant mieux le sujet. Il reste aussi un peu de mépris mêlé de méconnaissance. Dans tous les cas, la littérature demeure très prolixe au sujet du loup dont les visages y sont changeants.

    Ainsi, on trouve une littérature de fiction, héritière des anciennes légendes, maintenant l'enfant dans la peur du loup. D'autre part, le loup peut être, dans certains contes, un prétexte de divertissement. Mais il y a surtout des romans, des récits où les auteurs foulent aux pieds les vieilles légendes et rendent au loup le respect qu'il mérite, certains allants même jusqu'à l'idéaliser.

    Il faut encore citer les ouvrages de type documentaire, moins nombreux, mais dont l'honorable but est de faire connaître le loup aux enfants, en lui rendant la place qu'il n'aurait jamais dû perdre, ni meilleur, ni plus mauvais qu'en réalité.

    Cependant, il y a fort à parier qu'en France le loup restera encore longtemps prisonnier de nos zoos et de nos préjugés.

Retour

Impression Braille
si vous possédez une imprimante
Braille correctement configurée