Retour

Chapitre 11-2

    Les enfants essayèrent l'un après l'autre la patinette du petit Riri que son père avait récompensé d'une bonne année scolaire. Chacun devait faire deux tours du pâté de maisons et Anatole chronométrait les temps. À la surprise de tous, ce fut Olivier qui gagna mais Capdeverre l'accusa d'avoir triché et ils se disputèrent.
    Assise à sa place habituelle, derrière sa fenêtre ouverte, Albertine, le visage rouge comme une tomate, cousait les ourlets de gros torchons de toile à bandes rouges. Elle écoutait Gastounet lui expliquer que dans le temps tout allait mieux, que la décadence avait commencé dès le début des années 30, que les rouges pourrissaient tout, qu'on allait à la faillite et à l'anarchie... et elle hochait pensivement la tête. Ils échangèrent quelques phrases commençant toutes par : "De mon temps" ou "Moi quand j'étais jeune" et le silence se fit pour un moment. Albertine penchait la tête et laissait couler des regards qu'elle croyait tendres vers son interlocuteur. Elle attendait le moment où il lui dirait : "On devrait se marier tous les deux". Elle roulerait une de ses anglaises autour de son index, prendrait un air rêveur, ferait semblant de réfléchir et lui répondrait avec une indulgence ravie :

    "Gastounet, à notre âge...".

    Le patron du "Transatlantique" répandait du souffre sur le sol tout au long de sa boutique pour éloigner les chiens. Ramélie assis sur la marche d'entrée de la boucherie tirait des sons perçants de son harmonica. Le fils du boulanger, habillé en mitron, portait sur sa tête un plateau de gâteaux destinés à un restaurateur de la rue Caulaincourt. La blanchisseuse lavait sa devanture avec un balai-brosse et la mousse coulait sur le trottoir.

    "Hé ! C'est à toi de jouer...".

    Où était donc Olivier ? Quelque part dans sa rêverie. Il se trouvait bien auprès de ses camarades. Dire qu'il avait cru qu'ils le repousseraient parce qu'il avait perdu sa mère. Il se sentait comme eux et s'amusait bien. Pourtant, il savait bien que par-delà les apparences, un petit rien les différenciait. Il lui arrivait de se sentir seul, isolé. Ses copains parlaient de faits familiaux, de projets d'avenir qui lui restaient étranger. Il écoutait, il prononçait des mots, il écoutait encore, et il finissait par oublier qu'il était là.

    "Oh ! pardon...
    - Tu étais encore dans la lune !".

    Olivier posa sa carte sur celle de Loulou et ils dirent en même temps : "Bataille !". Le jeu dura encore longtemps mais comme aucun d'eux ne parvenait à prendre toutes les cartes de l'autre, ils décidèrent de passer à autre chose. Au coin de la rue, la petite Italienne brossait ses longs cheveux devant un miroir posé sur une fenêtre. Elle clignait de l'œil vers les garçons et une main sur la hanche prenait une pose de star.

    "Ah ! les quilles...", fit Loulou désabusé.

    Puis Capdeverre vint les rejoindre, tout pâle, avec un pansement au bras.

    "Les gars, je suis blessé, j'aurai une cicatrice !".

     Avec force détails, il leur raconta son accident : une chute dans l'escalier avec une bouteille de vinaigre à la main. Chacun chercha quelque chose à raconter. Olivier montra la petite cicatrice qui fendait sa lèvre inférieure et Loulou une dent cassée. Capdeverre dit :

    "Oui, mais moi, je me suis évanoui. C'est comme quand on est mort !
    - Ça c'est vrai ! dit Loulou, mais moi, c'est pire !".

    Il se déchaussa et agita ses doigts de pied devant eux. Les deux enfants se penchèrent.

    "Qu'est-ce qu'il a ton panard ? demanda Olivier.
    - Vous ne voyez pas ?".

    Ils écartèrent les yeux et examinèrent un pied bien cambré, très normal, à peine un peu sale aux chevilles, sans comprendre. Loulou, ravi de les avoir fait chercher pour rien, annonça sur un ton doctoral :

    "J'ai cinq doigts de pied, les gars !".

    Ce balourd de Capdeverre se crut obligé d'affirmer que c'était le cas de tout le monde, mais Olivier répondit :

    "Elle est chnoque, ta blague !".

    On ne sut pourquoi Loulou ajouta : "Et la princesse posa sa chique sur le rebord du piano !" mais cela fit rire.
    La gaieté s'accentua quand ils virent arriver Riri tenant ses doigts en l'air comme une femme qui fait sécher son vernis. Il expliqua que sa mère lui avait mis de la moutarde pour qu'il ne se rongeât plus les ongles.

    "T'as qu'à la bouffer la moutarde ! dit Loulou.
    - Ça pique le nez !
    - Attends, on va te montrer, un petit peu à la fois, avec le bout de la langue...".

    Au comptoir du "Transatlantique", Gastounet commentait maintenant le jugement de Gorgulof, l'assassin du président Doumer. Il replia le journal dans lequel il avait pris ses arguments et, après avoir trempé ses lèvres dans son café arrosé, eut une inspiration nouvelle :

    "Dire que les Brésiliens se chauffent avec du café !
    - Ça doit sentir bon ! dit une poivrote qui sirotait du vin blanc.
    - Et ils s'en servent aussi pour les locomotives !

    Et même : ils en jettent à la mer !

    - Heureusement que le Père Magloire ne jette pas son calva dans les puits !" dit Ernest en envoyant une bonne giclée d'alcool dans sa tasse.

    Mme Papa qui venait d'accompagner son militaire de petit-fils à la gare de l'Est et ne s'en remettait pas, entra et demanda :

    "Un Raspail !".

    Dans la rue, un vieux se mit à chanter "Viens, Poupoule", en regardant en l'air et les ménagères lui envoyèrent des pièces entortillées dans du papier journal. Quand elles s'aperçurent qu'il était ivre, elles se mirent à l'insulter, lui criant d'aller cuver son vin ailleurs. Les gosses, partirent alors à la pêche aux pièces parmi les pavés et les tendirent à l'homme qui les remercia gravement. Comme la mère Grosmalard le traitait de soûlot, il se frappa du plat de la main gauche sur son avant-bras droit prolongé par un poing bien fermé. Il répéta ce geste obscène à l'intention de toutes les femmes aux fenêtres et les enfants s'amusèrent à l'imiter.

    "Je vais bientôt partir à la cambrousse ! jeta joyeusement Loulou.
    - Moi aussi. Tra la la !" fit Capdeverre.

    Ils se mirent alors à imiter les vaches, les moutons, les canards et les poules. Toute la rue retentit de "Meuh !" de "Béééé !" de "Coin-coin-coin !" et de "Cot Cot Cot Codec !" Le père Grosmalard qui roulait une de ses fines cigarettes grogna :

    "lls sont cinglés, ma parole, ces moujingues !".

    Sans se douter que c'était de circonstance, Gastounet cria :

    "La ferme !".

    Et Lucien qui passait, un gros poste de T.S.F. sur l'épaule, se mit à rigoler.

Retour

Impression Braille
Logiciels : Editeur relief ou

Duxbury Braille Translator (DBT)