Retour

Introduction

    Dans l'éclat doré de l'été, indolemment,
    Nous dérivons sous les saulaies,
    Car nos deux avirons
    Sans force sont tirés,
    Et des mains enfantines
    S'imaginent guider notre errance.

    Ah ! cruel trio ! Alors même
    Que le ciel invite tant à rêver,
    Réclamer un conte à qui n'a de souffle
    Pour soulever la plus légère des plumes !
    Mais que peut une pauvre voix
    Contre trois langues à la fois ?

    L'impérieuse Prima exige :
    "Que l'on commence !"
    Segunda demande plus gentiment :
    "Que cela n'ait ni queue ni tête !"
    Tertia, elle, n'interrompra le conteur
    Pas plus d'une fois par minute.

    Bientôt, réduites au silence,
    En imagination elles suivent
    Notre héroïne en ce pays
    Aux merveilles surprenantes
    Aux bêtes douées de la parole,
    Et finissent par croire à son existence.

    Et comme les puits de l'imagination
    Se tarissent à mesure du récit,
    Et que le conteur cherche à rompre
    D'un faible : "La suite, à demain".
    "C'est maintenant, demain !".
    Lui font écho trois joyeuses voix.

    Ainsi se fit l'histoire du Pays des Merveilles,
    Ainsi, une à une, ses étranges aventures se forgèrent.
    Et maintenant le conte est fini,
    Et l'équipage, ravi,
    Au soleil couchant, vogue vers le logis.

    Alice ! prends cette histoire enfantine,
    Et de ta douce main,
    Dépose-la parmi les rêves d'enfance,
    Mêlés au souvenir de nos vénérées équipées,
    Telle la guirlande de fleurs,
    Que d'un pays lointain ramène le pèlerin.

Retour

Impression Braille
Logiciels : Editeur relief ou
Duxbury Braille Translator (DBT)